État des lieux des réseaux de franchises en France en 2020

La France est le premier pays européen en termes de réseaux de franchises avec 2 049 franchiseurs et 78 218 franchisés en 2019 pour un chiffre  d’affaires de 67,8 milliards d’euros (+9,3 % par rapport à 2018 (1)). Le business model apparu en 1972 a toujours le vent en poupe auprès des Français, y compris dans le contexte de crise sanitaire. Tour d’horizon, chiffres à l’appui !

 

Les franchises en croissance constante

Réseaux de franchises« C’est vrai que la franchise est un secteur très dynamique, leader en Europe ! » se félicite Michel Bourel, président de la Fédération Française de la Franchise (FFF).

Et pour cause, le phénomène des franchises ne cesse de prendre de l’ampleur en France, depuis ses prémices dans les années 70. Le nombre de franchisés et de réseaux de franchiseurs a même doublé ces dix dernières années. En 2019, le marché de la franchise a encore une fois connu une belle progression : 

  • + 9,3 % sur le chiffre d’affaires généré, 
  • + 2,2 % d’enseignes créées, 
  • + 4 % de points de vente ouverts,
  • + 8,7 % d’emplois directs et indirects créés

Pas de doute, le business model séduit les entrepreneurs  français ! Les entrepreneurs y voient un bon moyen de se lancer tout en bénéficiant de la notoriété d’une enseigne reconnue, des  moyens du réseau et d’un accompagnement pour développer leur business. Les franchiseurs, quant à eux, touchent des royalties de plus en plus élevées et développent leur notoriété à chaque ouverture d’un nouveau point de vente. 

Une relation gagnant-gagnant, en somme, qui a plus que jamais son importance dans le contexte de crise sanitaire mondiale traversé cette année. En effet, 76 % des franchisés déclarent qu’ils résistent mieux à la crise qu’un commerçant isolé en faisant partie d’un réseau. En outre, 64 % des franchiseurs considèrent que le développement et la pérennité de leur réseau dépendent de la qualité de relation franchiseur-franchisé

 

FRANCHISE : UN BUSINESS MODEL QUI A LE VENT EN POUPE

48 % des Français qui souhaitent créer une entreprise l’envisagent sous la forme d’une franchise.

Source : Fédération française de la franchise (2017)

 

Des secteurs historiques porteurs

FranchisesLes premiers réseaux de franchises à se développer dans les années 70 concernaient les domaines de l’équipement de la personne et de la maison, l’hôtellerie, l’alimentaire et la coiffure. Ces secteurs ont poursuivi leur essor au fil des années et occupent encore aujourd’hui une part importante dans l’économie de la franchise. Ces réseaux historiques confirment leur attractivité en augmentant le nombre de leurs points de vente en 2019. 

  • L’alimentaire (+ 3,6 %),
  • L’équipement de la personne (+ 6 %),
  • Le service auto (+ 6, 2 %),
  • Les commerces divers (+ 0,2 %),
  • La coiffure et l’esthétique (+ 0,4 %).

Si les réseaux de franchises matures restent dynamiques, ils doivent désormais composer avec l’avènement de jeunes réseaux émergents, spécialisés dans le service auto, l’immobilier, les voyages ou encore le nettoyage.

 

Une digitalisation bien amorcée

Le monde des franchises semble cumuler les bons points  : d’ailleurs celui-ci est plutôt avancé en matière d’adoption du digital. C’est une bonne nouvelle tant les bénéfices des nouvelles technologies pour booster la croissance des entreprises ne sont plus à prouver ! Aussi, d’après une étude :

    • Un franchiseur sur deux a mis en œuvre une stratégie commerciale multicanal (vente sur Internet et via des applications mobiles).
    • Neuf franchiseurs sur dix ont mis en place sur leur site web au moins un dispositif incitant les clients à se rendre dans les points de vente du réseau. 
  • 91 % des franchiseurs ont intégré les réseaux sociaux dans leur stratégie de communication.

Et les résultats se font ressentir pour ces franchises digitalisées. Une autre enquête révèle que 9 % de leur chiffre d’affaires est généré par le e-commerce et que le taux de transformation habituellement de 2,5 % passe à 4 %.

 

La relation franchiseur/franchisé, clé de succès

Pour les franchisés comme pour les franchiseurs, l’expérience de la pandémie du Covid-19 a prouvé que l’absence de dialogue entre les deux entrepreneurs indépendants était source d’incompréhension et donc de perte de performance. Des outils d’échange et des plateformes de partage sont indispensables pour assurer une bonne communication entre les franchiseurs et les franchisés pour notamment :

  • Permettre au franchiseur de communiquer à tout le réseau en toute simplicité et suivre la prise en considération de l’information auprès des franchisés,
  • Offrir la possibilité aux franchisés de remonter une demande vers la tête de réseau,
  • Sécuriser et tracer les échanges pour mieux structurer le réseau.

En bref, tous les voyants sont au vert pour les franchises françaises ! Attractives, car sécurisantes pour les entrepreneurs, elles ne cessent d’attirer de nouveaux adeptes, aux profils bien identifiés, dans la plupart des secteurs d’activité. La croissance des réseaux de franchises est portée par le digital, qui est intégré dans la majorité des têtes de réseau.

 

 

(1) Source : Fédération française de la franchise (2019)
(2) Source : Fédération française de la franchise (2019)
(3) Source : Banque Populaire en partenariat avec la FFF (2018)
(4) Source : Banque Populaire en partenariat avec la FFF (2018)
(5) Source : Fédération française de la franchise (2019)
(6) Source : CSA (2015)
(7) Source : Territoires et marketing (2016)
(8) Source : Officiel de la franchise
(9) Source : Officiel de la franchise
(10) Source : Officiel de la franchise

 

Livre blanc réseaux franchises

Ronan Bertel

Par Ronan Bertel, le